Les agences Donibane sont à votre service avec 3 bureaux: Hendaye, Saint Jean de Luz et Ciboure.
29 oct

Ne comptez plus sur l’APL Accession pour l’achat d’un appartement en vente à Hendaye !

Bâtiment

Vous souhaitez acheter un appartement à Hendaye ? Alors, sachez que dès 2018, il ne sera malheureusement plus envisageable de profiter de l’APL Accession. Un dispositif peu connu, mais d’une grande efficacité qui accorde une aide mensuelle sous conditions de ressources aux primo-accédants dans le but de réduire leur mensualité de crédit et donc d’accéder à la propriété. Effectivement, le projet de loi de Finances 2018 a choisi de supprimer cette aide versée par la CAF qui permet à de nombreux jeunes ménages de posséder, enfin, leur propre logement. Pour rappel, fin 2014, le gouvernement Hollande avait déjà essayé de réformer ces aides avant finalement d’y renoncer compte tenu de l’impact potentiel. Le gouvernement d’Emmanuel Macron a eu, lui, semble-t-il, moins d’hésitation !

Conséquences : de nombreux emprunteurs modestes exclus du marché immobilier
Et c’est regrettable, car cette aide mensuelle permettait aux plus modestes de réduire leur mensualité de crédit, jusqu’à 50 % dans certains cas ! Prise en compte par les banques dans le plan de financement, l’APL Accession permettait donc à des ménages dont l’endettement aurait été trop élevé sans cette aide de devenir propriétaires. Pour Vousfinancer.com, courtier en crédit immobilier, la suppression de cette aide va exclure du marché de nombreux emprunteurs modestes qui n’auront plus la possibilité d’acheter sans l’APL, leur taux d’endettement devenant trop important.

À tire d’exemple, un parent isolé avec deux enfants, ayant des revenus nets de 15 000 € par an, achetant un bien immobilier ancien en zone A avec un prêt à l’accession sociale pour une mensualité de 500 € peut prétendre actuellement à 236 € d’APL par mois, réduisant sa mensualité à 264 € et son taux d’endettement à 21 %. Sans l’APL, le parent isolé devrait verser une mensualité de 500 € ce qui ferait grimper son taux d’endettement à 40 %, rendant le projet non finançable.

C.V. / Bazikpress © JOVO

Article précédent


Laissez un commentaire

Veuillez entrer votre nom et votre adresse e-mail. Votre adresse e-mail ne sera pas publiée